Le métier de prothésiste ongulaire

prothésiste ongulaire

Devenir prothésiste ongulaire avec ou sans CAP esthétique ? Son activité diffère du métier de manucure qui ne peut être exercé qu’après l’obtention du CAP Esthétique. La formation pour devenir prothésiste ongulaire varie de 3 jours à plusieurs mois et coûte entre 500 et 4500 euros

Missions et techniques pour une prothésiste Ongulaire

Le travail de prothésiste ongulaire est un travail de précision qui demande un réel savoir-faire pratique. Voici un résumé des principales techniques employées  par ces professionnels de la beauté. Tout d’abord l’extension,  il s’agit là de réparer un ongle trop court ou rongé. Il existe 2 solutions, coller un faux ongle afin de « cacher » les dégâts engendrés par un rongement. L’autre solution consiste à appliquer sous l’ongle naturel un « chablon », sorte de papier autocollant qui vient allonger l’ongle.

Le modelage se définit suivant l’utilisation de deux produits différents : la résine et le gel. Ces deux produits vont remplacer la kératine, matière première qui compose les ongles. La résine est un mélange de poudre et d’un liquide spécial. L’avantage principal est d’être plus rapide au séchage, plus résistante, et moins cher pour le client. La résine est particulièrement adaptée aux ongles très abimés.  Le gel quant à lui est mélange liquide qui une fois posé, durcit grâce à une exposition aux rayons UV. Il a pour avantage d’être plus facile à poser pour un rendu final plus naturel. Petit bémol, il est assez difficile à retirer ! Et une fois polymérisé aux rayons UV, il n’est plus modifiable en ce qui concerne la forme par exemple.

La French manucure et le remplissage.

La French manucure est une technique assez célèbre ! Elle consiste à appliquer un vernis transparent et enfin une bande blanche de vernis blanc opaque pour le faire paraître plus long. Une utilise une technique de manucure à base de gel pour entretenir l’ongle. Le but étant d’éviter que l’on voit la racine de l’ongle sous le faux ongle en gel.  Enfin « la dépose », il s’agit là d’une technique d’enlèvement des ongles en résine ou en gel. Cette dernière se fait à l’aide de limes, ponceuses à ongle ou produits spéciaux en fonction des types de pose.

Vous l’avez compris, la pose et l’entretien des ongles requièrent le maniement de techniques bien précises qu’il vous faudra assimiler en suivant une formation de prothésiste ongulaire.

Les qualités pour devenir prothésiste Ongulaire

Le métier de prothésiste ongulaire demande de bonnes compétences techniques et artistiques. Il existe ainsi de nombreuses tendances qu’un styliste ongulaire se doit de connaître. Suivre une formation adaptée et performante est indispensable.

Il faut également jouir d’un bon contact humain, cibler et comprendre les attentes des clients est une part essentielle du métier. Ensuite, il ne faut pas oublier que la cliente est là pour se détendre.  Donc, il faut poser les bonnes questions, s’intéresser en profondeur afin de bien anticiper les produits et le matériel en général à utiliser en fonction de la morphologie et des contre-indications des clients. Il faut également observer pour s’adapter et conseiller chaque personne car tous les ongles sont différents. Enfin c’est un métier de passion ! Les personnes travaillant dans ce secteur sont souvent des utilisateurs de la première heure de faux ongles, c’est un gage de qualité de service  mais aussi une véritable vitrine tout à fait crédible aux yeux des clientes. C’est un travail minutieux et précis qui demande une connaissance parfaite des différents produits et matériels nécessaires à l’entretien des ongles.  Il faut aussi faire preuve de beaucoup de polyvalence et donc d’un bons sens commercial. En effet que ce soit en tant que prothésiste ongulaire ou en institut, il est nécessite d’incarner le rôle de vendeuse, d’hôtesse d’accueil, gestionnaire etc.

Les débouchés

Avec une formation de prothésiste ongulaire en poche, de nombreux débouchés sont accessibles. Il est dans un premier temps tout à fait possible d’évoluer dans un centre de soin ou au sein d’un institut de beauté, en tant que salarié ou patron. Au fil des années et de l’expérience engrangée il est également possible de devenir formateur au sein d’un centre de formation pour partager son savoir. Enfin la prothésiste ongulaire peut faire le choix de l’indépendance en devenant prothésiste à son propre compte, combiné à un module préparatoire au métier de prothésiste ongulaire. Elle peut dans ce cas ouvrir son propre cabinet avec pignon sur rue ou faire le choix de l’itinérance avec des prestations à domicile.

Comment se former avec le statut d’auto-entrepreneur

Pour devenir prothésiste ongulaire, il existe deux solutions. La plus efficace en termes de qualité d’apprentissage est de suivre un CAP esthétique sous la forme de votre choix (à distance, en présentiel etc.) Il permet d’avoir une vue d’ensemble sur le secteur de l’esthétisme, vision offrant une plus grande adaptabilité aux différentes facettes du métier. La seconde méthode d’apprentissage est celle de la formation courte. Ces dernières sont dispensées dans des centres privées aux méthodes plus ou moins efficaces. En effet la durée limitée de ces enseignements ne permet de de voir l’ensemble du métier de prothésiste ongulaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *